Nouvelles labellisations chez Neurhom

Les dispositifs Industrie du Futur et Ambition Éco sont des programmes exigeants qui permettent aux TPE, PME et ETI de la région Auvergne-Rhône-Alpes de bénéficier de l’expertise de consultants et formateurs triés sur le volet.

De nombreux thèmes sont concernés : stratégie, financement, commercial… et, bien sûr, numérique.

C’est avec plaisir et fierté que nous avons appris, en pleine période de confinement, que Ludovic d’Anchald a été labellisé sur deux nouveaux dispositifs :

  • Industrie du futur (sur les lots « Stockage des données, cloud », « Gestion des données internes (ERP, PLM, MES…) », « Sécurité des données, cybersécurité » et « Cartographier son système d’information et ses données »)
  • Ambition Éco « Cybersécurité »

Ces labellisations s’ajoutent à celle du dispositif Ambition Éco « Réussir la transition économique de mon entreprise ».

Cette large palette de labellisations nous permet de vous accompagner de façon encore plus performante sur vos projets système d’information (si vous êtes basé en région Auvergne-Rhône-Alpes) à des conditions financières très intéressantes (cf. tableau plus bas).

Contactez-nous pour en savoir plus.

Tous ces dispositifs sont portés par de nombreux acteurs économiques territoriaux, dont le dénominateur commun est la Région Auvergne-Rhône-Alpes.

Tableau de synthèse

Un peu perdu dans ces noms de dispositifs ? Pour vous aider à y voir clair, voici un tableau pas du tout responsive (il risque fort de déborder des petits écrans ; préférez un grand écran pour le consulter) qui vous indique quel dispositif correspond le mieux à votre problématique S.I.

 = projet accompagnable par Neurhom

Votre taille

TPE, PME, ETI
(<5000 personnes)

Votre activité

Industrie

Hors industrie

Votre problématique

Toutes sauf cybersécurité

Cybersécurité

Toutes sauf cybersécurité

Cybersécurité

Porteurs 

Volume de conseil (demi-journées)

Reste à payer HT



Programmes

Industrie du futur

Stockage des données, cloud

Gestion des données internes (ERP, PLM, MES…)

Sécurité des données, cybersécurité

Cartographier son système d’information et ses données

Page officielle 1
Page officielle 2

Eligible

Non éligible

Etat
Région
ENE



 

10 à 40

50% du coût de conseil

Ambition Éco « Réussir la transition économique de mon entreprise »
(court ou long)

 

Page officielle

Eligible

Non éligible

Eligible

Non éligible

Région
ENE
CCI



4 | 8

1050 | 2100

Ambition Éco Cybersécurité
(court ou long)

 

Page officielle

Non éligible

Eligible

Non éligible

Eligible

Région
CPME


4 | 8

1295 | 2195

Covid-19 : Suivi de la progression de l’épidémie en France, avec Power Query sur Excel

On n’arrête jamais de découvrir le potentiel de Power Query.

Tenez, voici un exemple : camarade Bertrand, dans son excellent billet, a eu l’excellente idée de taper dans les données hospitalières situées à https://www.data.gouv.fr/fr/datasets/r/63352e38-d353-4b54-bfd1-f1b3ee1cabd7 (on peut en trouver le descriptif, ainsi que d’autres données, sur cette page) pour en tirer des statistiques avec le logiciel R, très réputé dans le traitement des données. Son idée est tellement bonne que je lui ai piqué son titre. 😊

Je me suis demandé s’il était possible de faire quelque chose de similaire sur Excel avec Power Query (alias « Récupérer et transformer des données »). Et la réponse est… oui ! Cette expérience m’a même permis d’apprendre qu’on peut avoir comme source un fichier zip !

J’ai d’abord exploré une approche 100% Power Query, qui imite la syntaxe R du fichier de Bertrand. Par manque de temps, je n’ai pas terminé cette piste, d’autant plus que certaines tâches (notamment les comparaisons à des lignes précédentes) sont un peu lourdes (mais indéniablement possibles) sous Power Query.

J’ai donc réalisé une deuxième approche, dans laquelle je tire le meilleur de deux outils :

  • Power Query💪🏻, champion de l’extraction et de la transformation des données, se charge de :
    • rapatrier la liste des régions sur le site de l’INSEE (csv zippé),
    • rapatrier la liste des départements sur le site de l’INSEE (csv zippé),
    • rapatrier les données d’hospitalisation sur le site data.gouv.fr (csv),
    • assembler ces trois fichiers (fusions assez simples).
  • Puis avec les tableaux croisés dynamiques🤸🏻‍♂️, qui excellent pour l’agrégation et les calculs de variations, couplés à des segments (slicers en anglais), on produit des graphiques dynamiques.

Le résultat est un fichier qui vous présente une analyse dynamique, en fonction de vos choix de filtres géographiques. Pour mettre les données à jour à partir des données officielles, deux clics suffisent. Tout ceci avec une version récente d’Excel (2016 et plus) sans aucun programme supplémentaire !

J’ai ajouté ce fichier dans le corpus d’exemples que je fournis aux personnes qui participent à mes formations Excel niveau ninja 🐱‍👤.

Mais je le publie aussi pour que chacun ait une information objective. 😉 Testez par vous-même : vous pouvez le mettre à jour, expérimenter et le décortiquer. Il suffit de cliquer sur cette photo d’écran pour le télécharger.

Données dynamiques et toujours à jour dans Excel grâce à Power Query.
Data is beautiful !
Par contre, concernant l’esthétique, je sais que j’ai des progrès à faire. 🙂

Image : EsaRiutta / Pixabay

To Zoom or not to Zoom ?

(J’ai été bavard, pardon. Pour sauter directement à la conclusion, cliquez ici.)

Inutile de décrire ce qu’est Zoom : la pandémie que nous traversons l’a imposé à nos vies professionnelles (rendez-vous, séminaires, formations, cours) et personnelles.

Succès mérité, dû à la richesse de ses fonctionnalités, ainsi que la fluidité et la (relative) simplicité de son fonctionnement, que je décrivais dans ce billet trois jours avant que la France se mette en confinement.

Malgré moi, mais avec plaisir, lors de ces dernières semaines j’ai endossé ma casquette de formateur pour aider des PME de notre belle région à trouver des modes de fonctionnement (notamment en partenariat avec ENE et la CCI Lyon Métropole Saint-Etienne Roanne), des associations à conserver le lien, des personnes seules à ne pas tomber dans l’isolement.

Application star, Zoom s’est donc logiquement retrouvée sous les feux de la rampe. Cela attise la soif d’articles aux titres sensationnalistes.

Exemple : les révélations pseudo-fracassantes de zoombombing (terme qui a fait son entrée dans Wikipedia le 28 mars). Même que le FBI est sur le coup, attention hein. En fait, les organisateurs de ces réunions sont seuls responsables de leurs mésaventures, pour cause de mauvais choix dans les options de réunion, et de mauvaises pratiques dans la diffusion de leurs informations – gageons que d’ici quelques semaines, on n’en entendra plus parler, tout comme les adeptes du mail ont appris depuis bien longtemps à faire usage du cci (en attendant, on peut encourager à la lecture de ce très bon article de 01net pour faire connaître bons réglages et bonnes pratiques).

Même The Guardian, que je respecte (notamment parce que c’est un des rares media généralistes qui offre des articles de fond couvrant les sujets technologico-sociétaux), a écrit un article intitulé ‘Zoom is malware’: why experts worry about the video conferencing platform qui manque d’objectivité à mon sens, en commençant par son titre.

Heureusement, certains media font honneur à leur profession, comme Ars Technica dans Zoom’s privacy problems are growing as platform explodes in popularity, et surtout The Verge dans Zoom quickly fixes ‘malware-like’ macOS installer with new update.

Zoom, planche pourrie ou salut de l’humanité ?

Bien sûr, il y a du vrai, même dans le plus racoleur de ces articles. Ce vrai se mélange au faux, la confusion s’installe, et l’on m’interpelle de plus en plus fréquemment « Dis, ton Zoom, là, j’ai vu sur Internet que c’était mal de s’en servir. T’es pas en train de me mettre des virus des fois ? Zoom est-il la meilleure alternative ? ». Comme je comprends ces personnes. L’informatique est une jungle pour un non-initié. C’est pour eux que je vais tenter d’apporter une réponse. Et comme j’ai été trop long dans cette introduction, je vais tâcher d’être plus synthétique. :)

Auparavant, une petite clarification s’impose : je ne bosse pas pour Zoom, et je n’ai aucun lien d’aucune sorte avec cette société ou ses représentants, hormis le fait d’en être un utilisateur averti.

Donc, disons-le tout net :

Zoom n’est pas parfait

En fait, Zoom souffre de deux maux :

1) Zoom peut avoir des failles de sécurité.

Ces failles de sécurité, tous les logiciels en ont (y compris les alternatives à Zoom). La vraie question est de savoir en combien de temps l’éditeur les corrige. On a connu des champions du monde de la lenteur (Macromedia Flash, Java, Internet Explorer), et il y a toujours des scandales sanitaires en la matière (je pense à ces millions de smartphones Android jamais ou plus patchés quelques trimestres après leur mise sur le marché).

Concernant Zoom, mon observation récente est qu’ils se sont montrés très réactifs pour traiter les failles qui leur ont été révélées. Par exemple, l’une d’entre elles, relativement grave, a été exposée mardi 30 mars, et corrigée deux jours plus tard.

2) Zoom traite – ahem – cavalièrement les données de ses utilisateurs

Evidemment, Zoom nie, ou mitige.

L’affirmation est peut-être fausse, hormis une utilisation purement technique pour faire tourner cette belle mécanique logicielle.

A mon avis, elle est probablement vraie. L’Histoire des éditeurs de logiciels a montré que les dénégations officielles et autres CGU ne valent pas tripette, surtout pour un éditeur basé à NSAland.

C’est le reproche 2 qui est le plus gênant. C’est celui qui justifierait de rechercher une alternative.

Mais – et là, je sais que je ne vais pas faire plaisir aux puristes – dans cette crise où nombre de PME jouent leur survie, nous sommes contraints au pragmatisme, au moins sur le court-terme.

Donc, étant donné que :

a) je ne connais pas d’alternative open-source (qui pourrait garantir le respect des données utilisateurs) ou même propriétaire, franco-française ou non, qui concentre toutes les qualités de Zoom.

Ces qualités sont actuellement primordiales pour les PME avec qui je travaille, qui ont prioritairement une continuité d’activité – et parfois des missions essentielles – à assurer, et qui, sauf exceptions, font transiter par Zoom des infos peu voire pas confidentielles.

Parmi les alternatives intéressantes, on peut prendre Jitsi en exemple. Jitsi fait le job, mais il est moins efficace, moins fluide, moins riche en fonctionnalités (comme le dessin sur écran partagé, ou les sous-groupes). Goûtez la différence, et si toutefois Jitsi vous convient, choisissez plutôt un serveur hébergé en France, comme cette instance généreusement mise à disposition par Scaleway.
Mon verdict : incontestablement un beau projet open-source à suivre, qui peut convenir à certains besoins, mais pas aussi étendus que ceux auxquels Zoom subvient à ce jour.

b) Je vois une écrasante majorité d’entreprises employer massivement des applications à l’utilisation contestable des données de leurs utilisateurs : Windows 10, Google Chrome, Microsoft Teams, Dropbox, OneDrive, Google Drive, G Suite, Whatsapp, Office 365, Wetransfer, Gmail, Slack, LinkedIn, Android avec sa surcouche Google, iOS, Google Analytics, Google Adwords, et j’en passe.

Je suis donc fataliste, mais pourquoi donc lutter contre Zoom lorsque l’on est déjà à poil ?… :/

Il est temps de conclure,

et pour le court-terme en tous cas, ma position est la suivante : pourquoi se refuser Zoom, surdoué de la collaboration distancielle, quand on n’est pas dans des secteurs très sensibles (aéro, défense, spatial, données médicales, etc.) ?

Il faut juste bien former ceux qui sont conduits à être animateurs :

  • pour que leurs réunions se passent au mieux, sans perturbations dues à un manque de maîtrise ou à de mauvais plaisants,
  • et pour qu’ils utilisent toujours les versions les plus récentes du logiciel (explications).

Pour le moyen terme, on peut raisonnablement espérer que, dans un monde post-Covid-19 qui aura pris goût au distanciel, des offres fiables et sures auront vu le jour. Personnellement, je rêve d’une solution open-source aussi accessible et performante que Zoom.

Addendum du 8 avril 2020

J’ai omis de parler du scandale de l’encryption bout-à-bout qui ne l’était pas réellement alors qu’ils prétendaient le contraire. Un vrai sujet à lui tout seul, mais ma conclusion reste la même. Je vous invite à lire cette publication (très technique), ou plus simplement à être conscient que vos échanges sur Zoom ne sont pas confidentiels (au même titre que les emails, par exemple).

Liens intéressants

Je listerai ici quelques articles qui contribuent à dissiper les nuages de fumée autour de cette affaire Zoom :

Illustrations :

James Lafayette – Sarah Bernhardt as Hamlet, with Yorick’s skull (recadré et détourné)

Domenico Fetti – L’Ange gardien protégeant un enfant de l’empire du démon (recadré)

Maintenir ses réunions de travail malgré la Covid-19 avec peu de moyens

En cette époque d’annulation de rendez-vous par tombereaux, ma petite contribution pour que la vie continue, notamment dans nos PME rarement aussi bien équipées que nos ETI/GE. Ma façon à moi de lutter contre la Covid-19 !

J’ai utilisé de nombreux outils de visio/webconférence (*), et dans de nombreuses conditions de nomadisme, mais depuis 2 ans, j’ai jeté mon dévolu sur Zoom qui n’a que des avantages :

Facile à installer sur le poste de l’animateur

Côté participant :

  • rien à installer,
  • pas de compte à créer,
  • jusqu’à 100 personnes dans une réunion.

Toutes les fonctionnalités attendues dans ce type d’outil :

  • fonctionne sur mac ou PC, et même sur les smartphones (remarquablement fluide aussi),
  • son par ordinateur ou ligne téléphonique, donc possibilité de rejoindre même si l’on est sur un ordi fixe sans micro ou haut-parleurs,
  • webcam,
  • fonction « lever la main »
  • partage d’écran avec possibilité de dessiner dessus,
  • tableau blanc virtuel,
  • possibilité de demander à prendre la main sur l’ordinateur d’un participant,
  • possibilité de prendre la main à plusieurs sur un écran.

Mais surtout : it just works, même avec des débits moyens.

On peut fonctionner avec un compte gratuit, mais si on est plus de deux, la réunion est limitée à 40 minutes (après cela on peut néanmoins lancer une nouvelle réunion sans attendre). Si l’on est 2, pas de limite de durée (détails sur cette page).

Full disclosure : je ne suis pas employé de Zoom. :)

* les définitions sont variables, mais pour reprendre celle employée par l’ECAM ce matin :

  • Visioconférence en petit groupe où tout le monde partage sa caméra
  • Webconférence: un animateur qui partage sa caméra et/ou son écran. Des participants qui peuvent interagir avec l’animateur par chat

🆕 Addendum : début avril 2020, face à l’engouement pour cet outil, de nombreux articles effrayants ont paru dans la presse. Vous pouvez lire mon analyse ici.

Image : un anonyme inspiré 

Formation Excel en Martinique en avril et mai 2020

Vous rêvez de faire en 3 clics bondissants ce qui vous prend 3 heures laborieuses sur Excel ? Nous avons la réponse. :)

Neurhom propose en avril / mai 2020 une formation en Martinique intitulée « Faire du décisionnel avec Excel ». Elle sera animée avec la Neurhom Touch, donc… dans une dynamique pragmatique et conviviale ! D’ailleurs, nous considérons plus cette formation comme un atelier de travail, où nous travaillerons sur vos problématiques Excel. Quelques exemples :

  • Excel ne m’aime pas… ou en tous cas, je n’ai pas compris sa logique
  • je passe des heures sur la mise à jour de mes tableaux de bord et autres tâches répétitives : comment automatiser le processus ?
  • comment travailler à plusieurs sur un fichier Excel ?
  • j’ai des données un peu partout : comment les agréger de manière fluide ?
  • je me débrouille plutôt pas mal, je maîtrise les tableaux croisés dynamiques, mais je cherche des astuces pour gagner du temps et rendre mon utilisation d’Excel plus (osons le mot) ludique.

Ludovic, le formateur, est un vieil habitué d’Excel, de ses pièges et de ses atouts. Il le met en pratique en entreprise depuis 25 ans.

Pour un aperçu non exhaustif du contenu (mais il s’adaptera à vos questions), téléchargez la fiche pédagogique.

Et pour obtenir des précisions, vérifier si vos besoins seront traités lors de cette formation, ou vous inscrire, c’est par ici !

Quelques témoignages :

Cindy Rubin, Chargée de Production Contenu Web chez Sévéa, centrale de Botanic

Ludovic est très professionnel et très efficace. Rencontré à plusieurs reprises, il a su apporter de l’ergonomie à mon travail sur Excel. Je suis beaucoup plus productive dorénavant, des tâches très chronophages sont devenues réalisables en un clic. C’est très motivant et enrichissant. Il arrive à s’imprégner rapidement de la problématique et proposer des solutions efficaces.

Sébastien Vignal, dirigeant de Vignal Energies

(…) Ludovic d’Anchald est également très compétent sur Excel et dispense des formations adaptées de qualité.

Crédits photos : EsaRiutta / JuralMin / jarmoluk

Formation Excel à Annecy les 16 et 17 novembre 2017

Vous rêvez de faire en 3 clics bondissants ce qui vous prend 3 heures laborieuses sur Excel ? Nous avons la réponse. :)

En partenariat avec Decis et Opcalim, Neurhom anime les 16 et 17 novembre à Annecy une formation intitulée « Excel niveau 2 (confirmé – avancé) ». Elle sera animée dans l’esprit Neurhom Touch, donc… dans une dynamique pragmatique et conviviale ! D’ailleurs, nous considérons plus cette formation comme un atelier de travail, où nous travaillerons sur vos problématiques Excel. Quelques exemples :

  • Excel ne m’aime pas… ou en tous cas, je n’ai pas compris sa logique
  • je passe des heures sur la mise à jour de mes tableaux de bord et autres tâches répétitives : comment automatiser le processus ?
  • comment travailler à plusieurs sur un fichier Excel ?
  • j’ai des données un peu partout : comment les agréger de manière fluide ?
  • je me débrouille plutôt pas mal, mais je cherche des astuces pour gagner du temps et rendre mon utilisation d’Excel plus (osons le mot) ludique.

Ludovic, le formateur, est un vieil habitué d’Excel, de ses pièges et de ses atouts. Il le met en pratique en entreprise depuis 25 ans.

Le tarif est particulièrement intéressant : 490 € HT pour les deux jours. En passant, pour les personnes dans l’agro-alimentaire, c’est gratuit !

Pour un aperçu non exhaustif du contenu (mais il s’adaptera à vos questions), téléchargez la fiche pédagogique.

Et pour obtenir des précisions, vérifier si vos besoins seront traités lors de cette formation, ou vous inscrire, c’est par ici !

 

 

Crédits photos : EsaRiutta / JuralMin / jarmoluk

Neurhom dans les étoiles

Il faut le dire : chez Neurhom, la plupart de nos missions, bien que principalement situées dans la superbe région Auvergne-Rhône-Alpes, se déroulent dans des environnement industriels ou tertiaires plutôt ordinaires.

Et puis, parfois, nous vivons une occasion extraordinaire.

Récemment, la Régie du Pic du Midi nous a demandé de former son personnel à la prise en main des applicatifs G Suite : survivre au quotidien avec ces outils, mais surtout en tirer parti, concrètement, pour développer une dimension collaborative et augmenter l’intelligence collective.

G Suite, un sujet que nous maîtrisons bien, mais dans un contexte qui m’a mené d’ébahissement en ébahissement…

Carte topographique du Pic du Midi de Bigorre

La montée en téléphérique, dans la « benne du personnel », m’a permis d’arriver, mallette à la main, au sommet avant la foule, à 2876 mètres d’altitude, offrant un panorama unique sur la chaîne des Pyrénées.

Trois structures cohabitent au sommet :

  • TéléDiffusion de France, dont une petite équipe gère sur place l’émetteur hertzien ;

L’antenne TDF de 104 m de haut

  • la Régie du Pic du Midi, à qui incombe l’entretien des infrastructures communes, l’accueil du public, et le développement des activités touristiques ;

  • l’Observatoire du Pic du Midi : un lieu rempli d’histoire scientifique et humaine, pionnier de la météorologie et de l’astronomie en France.

Ce site historique est un bel exemple d’adaptation lorsque, à la fin du siècle dernier, l’Etat en annonça son désengagement. Depuis 2000, des travaux d’adaptation ont permis de développer un tourisme culturel et scientifique : concerts, événements, découverte des infrastructures scientifiques, visite du musée du Pic et du tout récent planétarium. Pari réussi : le budget tend vers l’indépendance financière !

Les plus privilégiés peuvent y passer la nuit : quand les touristes de jour ont pris la dernière benne, le site retrouve son calme, et les beautés des astres se déploient : coucher de soleil, lever de lune, observation d’étoiles. Une expérience inoubliable, que j’ai vécue et que je recommande sans hésiter !

La salle bow-window, une des salles disponibles pour les séminaires d’entreprise.

Et pour les entreprises, le Pic du Midi propose ses superbes installations pour des séminaires, résidentiels ou non.

Merci au personnel des installations : celui qui m’a permis de découvrir l’envers du décor, si proche de la vie sur un bateau au long cours : techniciens de l’Observatoire Midi Pyrénées, membres des services restauration, exploitation, animation… ; mais aussi les collaborateurs de tous les services qui ont contribué au bon déroulement de ces formations G Suite.

…et à bientôt !